Slide background

Conseils Santé et Nutrition

Conseils Santé et Nutrition

Réconcilier alimentation, plaisir et santé, c’est possible

Retour aux articles

Sel et équilibre alimentaire

11 juillet 2014

salierecorpsLe sel (ou chlorure de sodium) est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Les minéraux qu’il contient permettent, par exemple, aux neurones de fonctionner correctement et aux muscles de se contracter. Il est également le garant d’une bonne hydratation. Cependant, consommé en excès, le sel peut être un facteur de risque de certaines maladies. Dans l’alimentation du chasseur-cueilleur, les apports sodés étaient proches des besoins physiologiques et provenaient des aliments bruts (viande crue, rôtie, plantes, baies, etc.). Puis historiquement, bien avant l’apparition du réfrigérateur, le sel a été un très bon moyen trouvé pour augmenter la durée de conservation des aliments (technique de salaison). Aujourd’hui il est aussi utilisé pour relever la saveur des aliments, comme exhausteur de goût. Ainsi, depuis quelques années, les pouvoirs publics s’inquiètent de l’augmentation excessive de la consommation de sel dans les populations des pays développés. En France, les apports moyens en sel oscillent autour de 8 à 10 g/j[i], alors que le PNNS 3 (Programme National Nutrition Santé 2011-2015) appelle à une réduction de la consommation moyenne de sel dans la population, pour atteindre 6,5 g/j chez les femmes et 8 g/j chez les hommes. Il est donc important de surveiller ses apports en sel et de ne pas trop saler les plats lors de l’assaisonnement.  En effet, la réduction de la consommation de sodium contribue au maintien d’une pression sanguine normale, dans le cadre d’une alimentation équilibrée et d’un mode de vie sain.

 

Pour maîtriser votre consommation de sel, voici quelques astuces : -        Lisez les valeurs nutritionnelles des étiquettes des produits alimentaires pour les comparer et choisissez ceux dont la teneur en « sel » ou « sodium » est la plus faible. Bon à savoir ! 1 g de sodium = 2,5 g de sel. -        Limitez les principaux aliments vecteurs de sel : le pain et les biscottes, la charcuterie, les condiments et sauces, les plats cuisinés, les fromages, les soupes et potages, ainsi que les quiches et pizzas, les bouillons de légumes ou de viandes, les aliments très salés tels que la morue ou les anchois. -        Salez modérément les plats ou l’eau de cuisson, évitez de poser la salière sur la table et goûtez les plats avant de les saler. -        Pensez à d’autres moyens pour relever le goût des aliments : l’utilisation de nouvelles épices d’herbes, d’agrumes ou d’aromates. Innovez ! Pour en savoir plus : http://www.mangerbouger.fr/bien-manger/que-veut-dire-bien-manger-127/les-9-reperes/sel-a-limiter.html

Références: AFSSA. Rapport Sel : évaluation et recommandations. 2002 AVIS de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif au suivi des teneurs en sel des principaux vecteurs entre 2003 et 2011 et simulation des impacts sur les apports en sel de la population française. Programme National Nutrition Santé, PNNS 2011-2015   [i] Données INCA2 2006-2007 pour adultes (18-79 ans) : 7,7 g/jour (hommes 8,7 et femmes 6,7 g)

La consommation des produits de la gamme St Hubert® s’entend dans le cadre d’une alimentation équilibrée et d’un mode de vie sain.

Catégorie : Conseils Santé et Nutrition - Nutrition - St Hubert Oméga 3®

Vous avez apprécié cet article, vous apprécierez ceux-ci :